lundi 4 février 2019

La rue Saint-Germain... Nouvellement rue Dreyfus !

Il y a bien longtemps, il existait une rue Saint-Germain !


Enfin, il n'y pas si longtemps ce cela... La rue fut rebaptisée rue Dreyfus en 1978 !


Cette Rue Saint-Germain / Rue du Lycée / Rue Dreyfus mérite notre attention car elle fait partie depuis toujours de la vie de notre bonne Place ! Et voici donc son histoire, passée et actuelle, qui va sûrement vous intéresser ! Et je pourrai d'autant mieux en parler que j'ai moi-même habité dans cette charmante petite rue !

La rue du Capitaine Alfred Dreyfus vue depuis la Place Saint-Germain - Novembre 2018 - Photo Erwan Corre
La rue Capitaine Alfred Dreyfus vue depuis la Place Saint-Germain - Novembre 2018 - Photo Erwan Corre

Allez, c'est parti !


Un peu d'histoire...



Le plan du quartier par Hévin vers 1690... La rue Saint-Germain, le porte fortifiée et les des remparts...
Le plan du quartier par Hévin vers 1690... La rue Saint-Germain, le porte fortifiée et les remparts...

On parle de la Place Saint-Germain mais une place n'est jamais que le point de conjonction de plusieurs rues qui y mènent... Qui fait l'un, qui fait l'autre ? Le hasard ? Je n'y crois pas. La nécessité, peut-être... L'habitude, sûrement ! On ne sais pourquoi mais ce qui est sûr c'est que la Place tient son nom de son église, de sa paroisse en fait... Et en plus de la Place, il y avait une rue qui y menait... Parlons-en...

A la limite de la ville ancienne...

Tous les Rennais le savent, la ville a failli disparaître entièrement sous les flammes d'un incendie qui dura 6 jours en décembre 1720 ! Six jours de drames, de peurs, de destructions, de chaos au sein de la populace... A la fin, 40% de la ville est en cendre... Comme le dira Claude Nières en fin observateur : en cet hiver, le centre de Rennes, qui n'avait guère changé depuis le Moyen Âge était « un bûcher merveilleusement préparé »...
« Le feu après cela se partagea en quatre endroits et fit de si grands progrès que les trois jours et les trois nuits suivantes, c'est à dire jusqu'au 26, il mit eu cendre Le pied du Mesnil, le grand et le petit bout de Cohue. Les porches qui furent brûlés pour avoir voulu épargner la maison du Procureur Morfouace, la rue Saint-Michel, la cour de Rennes, une grande partie du Champ Jaquet, la rue des Prones, une partie de la rue au Foulon, La rue de la Charbonnerie, un costé de la rue Saint-Germain, de la basse Baudrairie, toute la haute Baudrairie, Les deux tiers de la poissonnerie, partie de la rue du four du chapitre; les deux tiers de la rue de la nonnerie, L'église Saint-Sauveur, qui venoit d'être achevée de bâtir, et le gros horloge qui estoit un des plus beaux morceaux... »
Incendie de la ville de Rennes en décembre 1720
M. De Jacquelot - Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest (1909)

Le feu s'est donc étendu jusqu'au faubourg Saint-Germain et l'on voit bien encore aujourd'hui à travers l'urbanisme du centre ville les limites de la zone reconstruite avec ses rues bien droites au regard des rues sinueuses du passé médiéval comme sur le plan ci-dessous...

Le plan du quartier en 1829... La rue Saint-Germain se dessine bien et la Vilaine n'est pas obstacle...
Le plan du quartier en 1829... La rue Saint-Germain se dessine bien et la Vilaine n'est pas un obstacle...

Une histoire très ancienne...

« À l’heure actuelle des connaissances, les chercheurs n’ont pas découvert d’image de la ville de Rennes antérieure au 16e siècle autre que la broderie de Bayeux.»

Au-delà de la Place Saint-Germain, aujourd'hui située au cœur de la ville de Rennes, il existe toute un réseaux de voies dont l'une qui traversait la Vilaine depuis le sud pour y accéder. Cette voie, aujourd'hui matérialisée par une passerelle piétonne en 1991, et qui prolonge la rue du Capitaine Dreyfus, s'appelait auparavant jusqu'en 1792 la Rue Saint-Germain ! (La Révolution ayant eu tendance à cette époque à laïciser les noms des rues et même de certaines villes...). La rue changea de nom en honneur au Capitaine Dreyfus en 1978, et parce que son second procès en révision durant l'été 1899 se tînt au Lycée tout proche...

Rue du LYCÉE (Rennes - Canton du Sud-Est) - Paul Banéat (Édition de 1923)

Une des portes de la ville de Rennes...

Cette rue Saint-Germain avait en fait un rôle important dans le réseaux routier ancien car elle permettait d'accéder au centre de Rennes en venant du sud-est... Depuis très longtemps... On sait que cette voie antique allant vers Angers passait là et qu'un gué puis un pont franchissant la Vilaine en face de l'église, dans l'axe du transept sud (cité dès le XIIIe siècle) ont toujours existé, et qui donc permettait d'accéder à la ville, et même, par la suite, par les portes de la seconde enceinte construite en 1426 et redécouvertes 2009.

"La passerelle de  Saint-Germain" par Paillard Père - Vers 1840...
« La passerelle de Saint-Germain» par Paillard Père - Vers 1840...

Un passé désormais oublié...

Ce passé médiéval hante toujours les lieux très concrètement... Tout près, la rue du Vau Saint-Germain, la rue de Corbin, la rue Derval (où un linteau de porte d'entrée mentionne l'année 1664) montre encore de nombreuses maisons à colombage mais c'est surtout la rue Saint-Georges qui demeure la plus impressionnante ! Pour l'ancienne rue Saint-Germain, il demeure encore aujourd'hui, au sud, dans la rue Dreyfus, les numéros 2, 4 et 6 qui présentent encore leur caractère ancien... mais ces trois immeubles - hors du secteur ancien désormais préservés - sont voués à disparaître prochainement... (cf. ci-dessous...)

Les numéros 2, 4 et 6 de la rue Dreyfus, là en 2018... qui vont bientôt être démolis...
Les numéros 2, 4 et 6 de la rue Dreyfus, là en 2018... et qui vont bientôt être démolis...

Transportons-nous en un voyage immobile vers ce passé lointain qui disparaît encore aujourd'hui sous nos yeux... Et citons notre mentor Paul Banéat qui redonne vie à travers son ouvrage « Le vieux Rennes » à un passé qui demeure grâce à lui dans nos esprits :



Et des cartes postales anciennes...

Ici, le saut dans le passé est vertigineux ! Nous disposons de quelques photos anciennes de la rue Saint-Germain / rue du Lycée / Rue Dreyfus... Aujourd'hui certaines d'entre elles sont conservées dans le fonds du Musée de Bretagne... et elles sont depuis peu disponibles sur leur site internet !

C'est photos sont fantastiques et frappent par la différence entre aujourd'hui et hier, ce qui demeure et ce qui a changé...

La rue Vasselot à gauche... et la début de la rue du Lycée... En 1904 !
La rue Vasselot à gauche... et la début de la rue du Lycée... En 1904 !


La rue du Lycée... On remarque le changement d'enseigne avec la photo précédente...
La rue du Lycée... On remarque le changement d'enseigne avec la photo précédente...


Le parvis de l'église Toussaints... C'est l'heure de la sortie de l'école...
Le parvis de l'église Toussaints... C'est l'heure de la sortie de l'école...




2010 - Au numéro 6, une catastrophe... qui va durer plus de 8 ans...

Alors en partie en cours de rénovation, l'immeuble situé dans la cours intérieur - où j'ai habité quand j'étais étudiant - et celui donnant sur la rue ont soudain montrés des signes manifestes de faiblesse structurelles. Rapidement sur place, les experts envoyés par la Municipalité sont dans l'obligation de délivrer et de faire évacuer tous les habitants des 2 immeubles qui, il faut bien l'avouer, sont très anciens, à la structure en bois et qui ont connus de nombreux aménagements au fil des siècles sans pour autant se soucier des éléments essentiels comme les fondations... Une première évacuation avait eu lieu le 4 mars... Puis, malgré quelques espoir, l'abandon définitif est acté le 12...

« Je m'en souviens bien. On était en plein service et on avait pas mal de monde. Un huissier est venu et nous a dit qu'il fallait évacuer l'immeuble sur le champ car il menaçait de s'effondrer. On a dû mettre tous nos clients dehors et on n'a jamais pu rouvrir la boutique ».
Pascale et Catherine, responsable du « Thé au Fourneau »...

Lire l'article en ligne 20minutes.fr (06 Mai 2015)

Pascale et Catherine ont ouvert Le Thé au fourneau il y a 23 ans - Photo DR - MaVille


Installées depuis 1987 au numéro 6 de la rue du Capitaine Dreyfus, Pascale et Catherine avaient dû faire leurs valises et fermer définitivement leur café. Même peine pour qui venait juste de reprendre le « Scarron » à Guy et Hélène... où j'avais mes habitudes...

Le triste état des immeubles du 6, rue Capitaine Dreyfus depuis 2010...

 

Au début...


La cour intérieur du bâtiment, livré aux volatiles... 6, rue du Capitaine Dreyfus...
La cour intérieur du bâtiment, livré aux volatiles...




Puis plus tard...



Puis le temps qui passe... et la nature qui reprend ses droits... 6, rue du Capitaine Dreyfus...
Puis le temps qui passe... et la nature qui reprend ses droits...

Il ne manque plus que quelques cerfs et daims... 6, rue du Capitaine Dreyfus...
Il ne manque plus que quelques cerfs et daims...

Là aussi...


Dans le bâtiment donnant sur la rue, l'escalier multiséculaire se dégrade peu à peu...
Dans le bâtiment donnant sur la rue, l'escalier multiséculaire se dégrade peu à peu....

Et vu depuis la rue...


Le 6, rue Capitaine Dreyfus complètement fermé en 2017...
Le 6, rue Capitaine Dreyfus complètement fermé en 2017...

« Le Thé au Fourneau »... Avant...

Le bar « Le Casa » anciennement « Le Scarron »... Avant...


Panneau d'information d'une violence inouïe « Démolition totale »...
Panneau d'information d'une violence inouïe « Démolition totale »...



2017 - Un nouveau projet en vue...

Finalement, c'est le groupe immobilier régional Bâti-Armor qui va récupérer le bébé...

« C'est officiel, la rue Dreyfus va se redessiner avec le projet de l'architecte Bruno GAUDIN, retenu parmi 4 propositions après concours. »
Sur le site de BATI-ARMOR




Le futur projet...


La rue du Capitaine Alfred Dreyfus en Novembre 2018 - Photo Erwan Corre

On peut s'en douter, cette destruction/réhabilitation pose problème... Comme partout à Rennes, les chantiers se multiplie malgré la crise... Boulevard Maginot, rue de l'Alma, Boulevard de Metz, Boulevard Voltaire... Partout à Rennes, les immeubles standardisés tout en béton hiddeux sortent de terre sans cohésion urbanistique (le PLU reste minimaliste...) et sans respect pour la tradition architecturale locale... A quoi bon ? Sinon gaver les promoteurs avides et froids devenus fous avec l'arrivée de la LGV et des investissements promis par le pouvoir d'achat des Parisiens qui peuvent maintenant se dire que Rennes est devenue partie intégrante de la capitale...

Ici, le démarrage des travaux est prévu fin 2019 pour une livraison fin 2021... Mais les délais seront-ils respectés ?

En tout cas, ce nouveau chantier aux abords de la Place Saint-Germain ne va sûrement pas faciliter la vie de tous les jours pour les riverains et des commerces du quartier... Le Marché du mercredi matin, les boutiques en face sous les arcades comme celle de mon ami Aziz « Rennes d'Arabie »... Sans compter les deux échoppes de coiffure qui vont devoir migrer pendant toute la durée des travaux... Mon coiffeur m'a rassuré : il devra déménager mais est d'ors-et-déjà assuré de pouvoir regagner son emplacement une fois les travaux terminés... soit dans 2 ans au minimum... comme si la situation n'était pas assez difficile comme cela...

Le 6 rue du Capitaine Alfred Dreyfus en Février 2019 - Photo Erwan Corre
Le 6 rue du Capitaine Alfred Dreyfus en Février 2019 - Photo Erwan Corre


Quel avenir pour la rue Dreyfus ?


Comme pour toutes les villes (et les hommes), le temps passe et les changements adviennent, inexorablement. C'est l'architecture qui marque véritablement les vies d'un ville... Contrairement à la Place Saint-Germain qui subit de graves dégâts lors des bombardements de 1944, ici c'est plus l'âge et la vétusté des maisons anciennes qui ont mofidiés la physionnomie de la rue Dreyfus essentiellement dans les années 1980/90... On appréciera ici la volonté des architectes de tenter de conserver une part de la mémoire en donnant des volumes et des formes rappelant ceux des bâtiments précédents...



Comme beaucoup de secteurs du centre ville de Rennes, il est envisagé de rendre la rue Dreyfus (et ses abords) plus accueillante, plus apaisée, bref, plus verte... C'est surtout la petite place devant l'Église Toussaint, où se tient actuellement le marché du mercredi matin (et accessoirement surnommée la place des 4 vents...), qui est l'objet d'une attention particulière...

« Vous le voulez comment votre cœur de Rennes ? Du 10 au 30 septembre, découvrez le centre-ville de Rennes autrement »

Une première approche a eu lieu le week-end de la fin septembre 2018 dans le cadre de l'opération...


« Testez votre cœur de ville en mode zen... »
« Testez votre cœur de ville en mode zen... »

La place de la Toussaints temporairement rendue aux piétons...
La place de la Toussaints temporairement rendue aux piétons...

Un peu de verdure et un lieux de détente... à la place du parking...
Un peu de verdure et un lieux de détente... à la place du parking...
En attendant ce futur enchanteur, des travaux ont déjà eu lieux début 2017 et notamment pour le remplacement des lampadaires et candélabres... Tout carrés, modernes, noirs, austère, l'art moderne de ce mobilier urbain minimaliste est ici tristement sobre... Sans compter ces deux aiguilles sombres posés sur la placette et qui dardent vers le ciel et qui sont à mon goût laides voire même violentes par leur agressivité inutile, surtout placées dans cet environnement... Mais leur remplacement était rendu nécessaire : « éclairage par LED » oblige...

Des lampadaires digne d'un décor de Star Wars...
Des lampadaires digne d'un décor de Star Wars...
De nouveaux lampadaires donc, alors que les précédents étaient très bien, plus « classique » en fait...

La rue du Capitaine Alfred Dreyfus en 2013, avec son lampadaire « classique »...

A noter :

A ce sujet, une des propositions du Budget Participatif de Rennes Saison 4 propose justement de remettre à l'honneur cette fameuse affaire qui se déroula en partie à Rennes il y a maintenant plus de 100 ans...

Plus d'infos sur ce projet : « Dans les pas du capitaine Dreyfus, un parcours mémoriel en dix étapes dans la ville... »


Notre petite excursion se termine, et l'on s'en retourne vers la Place Saint-Germain...



Et pendant ce temps-là...


La fin de l'éclipse de Lune du 21 janvier 2019... Au-dessus de Rennes et de la Place Saint-Germain...
La fin de l'éclipse de Lune du 21 janvier 2019 au-dessus de la Place Saint-Germain - Photo Erwan Corre



Les textes :
Incendie de la ville de Rennes en décembre 1720 - M. De Jacquelot - Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest (1909) : https://www.persee.fr/doc/abpo_0003-391x_1909_num_25_2_1327
« Laffreux Incendie qui arriva en cette ville » - Sur le blog Patrimoine2Rennes : http://patrimoine2rennes.monsite-orange.fr/page-5aba99c91547c.html

Les articles de presse :
« En plein centre de Rennes, des immeubles bientôt démolis rue Dreyfus » en ligne sur Ouest-France.fr (12 Septembre 2018)
« Cinq ans après l'expulsion, la rue du Capitaine Dreyfus est dans l'impasse » en ligne sur 20minutes.fr (06 Mai 2015)
« Un mois après l'évacuation, la galère des commerçants » en ligne sur Rennes.Maville.com (13 Avril 2010)

Les sites internet :
L'exposition « Les vies d'une ville » aux Champs Libres de Rennes (20 octobre 2018 au 25 août 2019)
La Rue Capitaine Alfred Dreyfus sur le Wiki-Rennes...
La collection du Musée de Bretagne... Le plan de la vieille ville Rennes par Hévin...

Plus d'infos :
Le passé de la Place Saint-Germain présenté lors de l'exposition « Les vies d'une ville » aux Champs Libres de Rennes (Novembre 2018)
« Le passé de la Place Saint-Germain enfin révélé... » (Juin 2015)
Premier bilan des fouilles de l'Inrap sur la Place Saint-Germain (Mars 2015)
« Voilà l'ancien quartier médiéval de la place Saint-Germain » (Janvier 2015)
Les fouilles approfondies l'Inrap de 2015
Les fouilles approfondies l'Inrap de 2014
Les fouilles préventives de 2011 : « Sous nos yeux, l'histoire se révèle en direct ! » (Mars 2011)
Les fouilles préventives de 2009 : « Les anciennes portes de la ville sortent de terre... »

3 commentaires:

  1. J'ai habité rue du Lycée, avant qu'elle ne devienne rue Dreyfus. Au n°4. Il y avait un nombre de souris extraordinaire, les murs en étaient pleins, et c'étaient des familles de rongeurs territoriaux, dont le bail devait remonter au moyen-âge, au moins!
    Il y avait un coiffeur en bas; des odeurs de teintures, de cheveux chauds et mouillés remontaient par bouffées dans l'escalier et donnaient aux communs de ce petit immeuble une odeur particulière, se mêlant étrangement à celle des souris, des poubelles déchirées par les rats et de la pisse des chats du quartier, attirés par les souris, les ordures et les reliefs du restaurant voisin.
    Je ne trouvais pas grand-charme à ce bout de rue bruyant, perpendiculaire aux quais, nous verrons bien si les transformations annoncées portent leurs fruits.

    Bravo pour cet article très bien documenté, j'ai appris beaucoup de choses !

    RépondreSupprimer
  2. Et, pour nuancer mon commentaire précédent: ce n'est pas parce que je ne trouvais pas grand charme à cet endroit quand j'y habitais qu'il ne méritait pas des efforts d'aménagement maintenant. Il est assez rare que les destructions suivies de reconstruction ne défigurent pas les quartiers anciens. Cet immeuble était insalubre et impropre à l'habitat particulier tel quel, c'est tout.

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour ce commentaire Musardise !
    Oui, le 4 rue Capitaine Deyfus va disparaitre d'ici la fin de l'année pour un projet "de standing", où les souris auront encore leur place, avec le temps, je l'espère...
    J'ai habité au 6 rue Capitaine Deyfus, comme tu as pu le voir...
    J'y ai vu des souris, des rats surtout, et même un serpent... Sans compter un incendie grave, et l'attaque d'un de mes voisins devenu fou qui cassa mes fenêtres à coups de marteau un jour... C'est une autre histoire que je raconterai par ailleurs un jour...
    J'y ai vécu assez longtemps, et en garde de bons souvenirs, et de moins bons, évidemment...
    Ce que vois, et ton commentaire personnel me conforte, c'est cette petite rue, si populaire pendant longtemps, devient comme le reste du centre-ville de Rennes, un lieu chic, cher, réservé, pour les richous quoi...
    Le terme "défigurer" dans ton commentaire est intéressant, car il renvoit exactement à ce que je dénonce souvent sur ce blog : la figure, la "gueule", ne change pas... mais le fond, si...
    Un quartier populaire, qui ne l'est plus guère... Quand je vois Monsieur Le Bougeant l'élu du quartier nous dire notamment - nous expliquer - que la Place Saint-Germain doit garder sa "typicité" - dixit - et que pendant ce temps-là, au bout de déjà 5 ans de travaux les 2/3 des habitants sont soit partis, soit morts - oui, il y avait beaucoup de résidents âgés - soit dégoutés - et je ne parle même pas des commerces (dont je parle aussi sur ce blog) - je me dis que je dois être un vieux con qui refuse la modernité et, comme les autres, devrai me casser plutôt que de dénoncer ce qui se passe ici, car je gêne le "progrès"... Donc je n'adhère pas à la seconde partie de ton commentaire...
    Mais, comme tu le sais, je t'adore par ailleurs...
    Bises !

    Erwan

    RépondreSupprimer